mercredi, février 10 2016

Millésime 2015

Profitions de la nouvelle année pour revenir sur le millésime 2015.

Du repos au débourrement...

Après un automne exceptionnellement pluvieux, les réserves d’eau sont très bonnes lorsque la vigne se réveille. Les températures hivernales sont proches de la normale. Le débourrement se situe dans des dates correspondant à un millésime précoce.

Du débourrement à la véraison...

Les températures chaudes d’avril et de mai accélèrent l’activité. La floraison démarre dans les premiers jours du mois de mai. On s’oriente vers un début des vendanges aux alentours du 15 aout. Le mois de juin est plutôt favorable au développement de la vigne avec alternance de pluies et de chaleur. Mais la canicule du mois de juillet arrive et ralentit l’activité.

De la véraison aux vendanges...

Fin juillet, on est à peine à mi véraison. Les premiers symptômes de sècheresse commencent à s’observer début aout mais heureusement, deux petits orages apportent un peu de fraicheur et dynamisent la maturation.
A l’aube des vendanges, la récolte est magnifique en quantité et en qualité. Enfin une bonne nouvelle qui viendra un peu réparer la petite récolte de 2014.

Le temps des vendanges

Elles commencent le 21 aout pour se terminer le 10 octobre... Près de 7 semaines....
Le fait marquant de l’année est le faible taux d’acide malique dans les raisins. La canicule de juillet a bloqué sa constitution. Du coup, on a des raisins avec des peaux et des rafles bien mures tout en ayant des degrés potentiels faibles pour des vins du sud. Mais les mouts ont un bel équilibre et une belle acidité... Un millésime du nord dans le sud une année de canicule...

Et depuis les vendanges ....

Nous attendons encore les orages d’automne et le froid hivernal.. Les sols sont secs comme en fin d’été. Avec moins de 400 MM cumulés sur l’année 2015, la pluviométrie est identique un climat semi- aride.

Les premiers assemblages sont réalisés....

J’ai effectué un premier assemblage fin novembre et les premières cuvées devraient sortir au printemps... Il ne reste plus qu’à espérer qu’un peu de froid hivernal vienne enfin pour stabiliser

les vins.

Voici les cuvées qui devraient sortir cette année.

Printemps

5SO Simple : Cinsault
7 rue de la pompe : Syrah et un peu de Grenache
Le vin des amis : Syrah et Grenache
PM Rosé : Cinsault, Syrah et Muscat

Automne

Sauvé de la citerne : Grenache et un peu de Syrah
Classe : Syrah, Grenache, Cinsault et Mourvèdre
Flambadou : Carignan
Flower power : Syrah et la complantation de font d’Oulette

Les nouveautés

Une belle syrah : La petite sœur de Paf la syrah, en beaucoup plus glouglou...
Deux cuvées de blanc : ce millésime nous a permis de produire deux cuvées de blanc. Une 100 % Macabeu et une Carignan blanc-Grenache gris. Elles n’ont pas encore tout à fait terminé leurs sucres mais devraient sortir à l’automne.
Une nouvelle cuvée de rouge : pas encore assemblée mais à base de Mourvèdre, Syrah et Cinsault..

Les cuvées cachées

Des surprises sont attendues durant l’année ou plus tard encore..
Une bibonade blanche ou rosée...
Un blanc de macération avec plus de 8 cépages...
Un grenache noir liquoreux...
Comme vous pouvez le remarquer, une année avec des vendanges généreuses et qui se passent bien permet de créer à l’infini...
Espérons que 2016 saura aussi belle pour la vigne même si à ce jour, on peut avoir quelques soucis.

dimanche, janvier 24 2016

Millésime 2014

Avec la nouvelle année, prenons quelques instants pour revenir sur le millésime 2014.

En hiver, douceur et sècheresse.

Après un automne sans orage ni grosse pluie, l’hiver 2014 aura été exceptionnellement chaud et sec. Pas une matinée de gel, pas une journée de pluie, et des températures printanières. La terre est tellement sèche qu’il est impossible de faire un labour de fin d’hiver..

Au printemps, toujours la sècheresse

Le débourrement a lieu fin mars, timidement.. La vigne n’ayant pas connu d’hiver, elle ne s’est pas vraiment reposée. Le manque d’eau n’est pas la non plus pour l’inciter à se réveiller avec énergie.. Une légère pluie début avril pour pouvoir au moins ouvrir un peu les sols, quelques gouttes en mai et rien en juin, au 30 juin le cumul sur 9 mois et inferieur à 150mm et cela a des conséquences sur la vigne. Les bois ont très peu poussé. La floraison est très étalée sur un même cépage, les syrahs ont fini d’aouter en juin et les raisins présents ont du mal à prendre forme. A vrai dire, au 30 juin, je pensais que l’on n’allait pas vendanger.. Et puis l’été est arrivé.

En été, un peu de pluie pour sauver le millésime

L’été, pas trop chaud et émaillé de quelques orages a permis d’amener les raisins à maturité. Normalement, la vigne pousse au printemps et accumule suffisamment d’énergie pour faire grandir les raisins en été. Là, elle a dû puiser dans ses réserves et se contenter du peu d’eau amené par le ciel pour le faire.

Le temps des vendanges

Elles ont commencé le 25 aout pour se terminer le 28 septembre. Même si nous avons été épargnés par les pluies diluviennes qui se sont abattues dans la région, elles seront difficiles à l’image de la météo de l’année. Pour être complet sur le millésime, vu le peu de bois à tailler cette année, il faudra minimum deux ans pour retrouver une végétation et une récolte

Et dans les vignes..

En 2014, nous avons planté plus de 200 arbres et arbustes autour des vignes (amandier, orme champêtre, grand sureau, grenadier, cerisier de Sainte Lucie, églantier, coronille, rosiers, ..) autant de variétés qui viendront progressivement embellir les paysages et attirer oiseaux et insectes. Nous avons également planté une centaine d’oliviers pour compléter la collection. Si tout va bien, nous produirons bientôt suffisamment d’huile pour pouvoir la partager.. En 2015, nous planterons une parcelle de Carignan blanc greffée aves les bois du conservatoire de la chambre d’agriculture de l’Aude. Et bien sur nous continuerons à planter des arbres...

Millésime 2013

Une nouvelle année, un nouveau millésime. Que s’est-il passé en 2013.

L’hiver est froid et pluvieux

Froid et pluie caractérisent l’hiver 2013. Les températures sont bien en dessous de la normale. Un épisode neigeux en janvier, ce qui est un évènement dans le sud. Le mois de mars est exceptionnellement pluvieux. A la sortie de l’hiver, le débourrement a une dizaine de jours de retard.

Le printemps se fait attendre

Du débourrement à la floraison, pluie et fraicheur sont encore au rendez-vous. Début mai, un léger redoux, avec des températures plutôt agréables, permet à la végétation de démarrer. Par contre, la fin du mois de mai est très fraiche (la plus froide depuis 1950). Dans ces conditions, le retard enregistré en début de printemps n’est pas rattrapé. La floraison s’est déroulée début juin avec un retard supérieur à 10 jours.

Le beau temps arrive avec l’été

Avec la remontée des températures fin juin, la vigne peut enfin utiliser les réserves en eau accumulées depuis l’automne et pousser avec plus de vigueur. Par contre coulure et millerandage sont observés sur tous les cépages mais plus particulièrement sur les grenaches. L’été est presque parfait. Des températures plutôt chaudes mais pas caniculaires, des petits orages fin juillet et début aout, des nuits plutôt fraiches, tous les ingrédients sont réunis pour donner un millésime de qualité. La véraison a toujours une dizaine de jours de retard mais les raisins sont beaux et les vignes magnifiques.

Les vendanges commencent

Elles débutent le 11 septembre soit une dizaine de jours plus tard que d’habitude. Elles sont groupées, les cépages tardifs sont quasiment mûrs en même temps que les cépages précoces. Pas de pluie, des vinifications qui se passent sans problème, des mouts bien équilibrés, avec de la finesse et une belle fraicheur, un très beau millésime 2013 qui s’annonce.. Et toujours sans SO² ajouté...

Le travail avance dans les vignes

En 2013, nous avons poursuivi les sur-greffages de Carignan avec des bois venant de différents conservatoires. Nous avons également greffé en place des Aramons noirs et gris ainsi que des Clairettes Musquées sur les « américains » plantés il y a trois ans. Une belle parcelle de gobelet commence à prendre forme. En 2014, nous débuterons la plantation d’arbres et de haies autour des vignes afin d’améliorer la biodiversité (1000 arbres et plantes prévus en l’espace des trois ans). Les vignes évolueront désormais dans des espaces encore plus préservés. Comme dans un écrin...

vendredi, janvier 22 2016

Millésime 2012

Pendant que les vignes prennent un repos mérité avant de recommencer à travailler, revenons sur l’année écoulée pour mieux comprendre les vins du nouveau millésime. Voici quelques faits marquants :

Le printemps en hiver :

Après des pluies abondantes à l’automne, le début de l’hiver nous a réservé un temps printanier avec des températures élevées pour la saison mais surtout un manque de pluie. Jugez-en par vous-même, nous avons eu une période de presque deux mois et demi sans un millimètre d’eau. Du jamais vu depuis que les observations météo existent ?

Aussi, quand au mois de février la première averse est tombée en pleine nuit, c’était un moment de soulagement qui incitait à se rendormir d’un sommeil profond et apaisé.

La nature en avait presque perdu la tête….

C’est ainsi que début janvier les premières des figues fleurs commençaient à poindre leur nez et que lorsque l’on donnait un coup de ciseaux, on sentait que la sève de la vigne n’était pas bien loin. La vague de froid de début février (l’une des plus rigoureuse depuis 50 ans) a rappelé à la nature que l’hiver était encore là et qu’il fallait encore se reposer.

A partir de la Saint Valentin, le redoux s’est amorcé avec des températures plutôt élevées pour la période et le débourrement s’est bien passé.

L’automne au printemps

Les mois d’avril et de mai auront été pluvieux et frais. Si la pluie était salutaire pour permettre aux réserves de se constituer, les températures plutôt fraiches auront fait prendre du retard à la végétation de la vigne…. Notons au passage que nous sommes dans le sud : mistral et tramontane viennent sécher l’humidité. Contrairement aux autres régions viticoles, nous devons être l’un des rares endroits ou le mildiou n’a pas fait trop de dégâts.

La floraison avait presque deux semaines de retard…. Et à la fin du mois de mai, nous avions des températures estivales

Un début d’été frais et pluvieux puis le beau temps s’installe…

Si fin juin début juillet, pluies et fraicheurs étaient présents, l’été aura été plutôt chaud avec des précipitations limitées.

Température chaudes en journée et fraiches de nuit, ce sont les conditions idéales pour le développement de l’oïdium et c’est bien là le fait marquant du millésime pour notre domaine….. Durant tout le mois de juillet la pression aura été forte comme jamais. Ainsi, quand d’habitude on ne fait qu’un traitement début juillet, nous avons été obligés d’enchainer trois traitements pour sauver la récolte…. Mais au final, les raisins étaient beaux pour les vendanges qui ont commencées avec une semaine de retard….

Le temps des vendanges….

Elles se sont étalées sur presque un mois…. Ce fut un millésime de création, d’inspiration, d’essais et d’expériences… Plusieurs types de vinification pour une même parcelle, plusieurs stades de maturité, la palette des gouts, arômes, saveurs et couleurs était large au moment de marier les différentes cuves. Aucune cuvée n’a vu de SO².