Avec la nouvelle année, prenons quelques instants pour revenir sur le millésime 2014.

En hiver, douceur et sècheresse.

Après un automne sans orage ni grosse pluie, l’hiver 2014 aura été exceptionnellement chaud et sec. Pas une matinée de gel, pas une journée de pluie, et des températures printanières. La terre est tellement sèche qu’il est impossible de faire un labour de fin d’hiver..

Au printemps, toujours la sècheresse

Le débourrement a lieu fin mars, timidement.. La vigne n’ayant pas connu d’hiver, elle ne s’est pas vraiment reposée. Le manque d’eau n’est pas la non plus pour l’inciter à se réveiller avec énergie.. Une légère pluie début avril pour pouvoir au moins ouvrir un peu les sols, quelques gouttes en mai et rien en juin, au 30 juin le cumul sur 9 mois et inferieur à 150mm et cela a des conséquences sur la vigne. Les bois ont très peu poussé. La floraison est très étalée sur un même cépage, les syrahs ont fini d’aouter en juin et les raisins présents ont du mal à prendre forme. A vrai dire, au 30 juin, je pensais que l’on n’allait pas vendanger.. Et puis l’été est arrivé.

En été, un peu de pluie pour sauver le millésime

L’été, pas trop chaud et émaillé de quelques orages a permis d’amener les raisins à maturité. Normalement, la vigne pousse au printemps et accumule suffisamment d’énergie pour faire grandir les raisins en été. Là, elle a dû puiser dans ses réserves et se contenter du peu d’eau amené par le ciel pour le faire.

Le temps des vendanges

Elles ont commencé le 25 aout pour se terminer le 28 septembre. Même si nous avons été épargnés par les pluies diluviennes qui se sont abattues dans la région, elles seront difficiles à l’image de la météo de l’année. Pour être complet sur le millésime, vu le peu de bois à tailler cette année, il faudra minimum deux ans pour retrouver une végétation et une récolte

Et dans les vignes..

En 2014, nous avons planté plus de 200 arbres et arbustes autour des vignes (amandier, orme champêtre, grand sureau, grenadier, cerisier de Sainte Lucie, églantier, coronille, rosiers, ..) autant de variétés qui viendront progressivement embellir les paysages et attirer oiseaux et insectes. Nous avons également planté une centaine d’oliviers pour compléter la collection. Si tout va bien, nous produirons bientôt suffisamment d’huile pour pouvoir la partager.. En 2015, nous planterons une parcelle de Carignan blanc greffée aves les bois du conservatoire de la chambre d’agriculture de l’Aude. Et bien sur nous continuerons à planter des arbres...

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://blog.coutelou.fr/trackback/5