Mais que s’est-il passé en 2017

voeux_2017C’est sans regret que nous terminons l’année qui vient de s’écouler.
Elle aura été difficile et ce pour plusieurs raisons.
L’an dernier, à la même période je disais « Il est de tradition de vous donner les cuvées qui sortiront en même temps que les vœux. Cette année, il faudra être patient… ». Malgré la patience, les soins et l’amour, le millésime 2016 s’est révélé encore plus compliqué que je ne l’imaginai.
Les vins que nous avions mis au printemps ont légèrement bougé en bouteille, et j’ai pris la décision de ne pas présenter une grande partie de ce qu’il restait en cave. Au final nous n’avons commercialisé que 25 % de la récolte. J’ai laissé de côté des bouteilles pour qu’elles se posent et des cuves en attente. Cela interpelle l’homme qui, même si il donne le meilleur de lui-même, il ne maitrise jamais la nature. Le millésime 2016 nous en a donné la preuve.
Nous n’avons pas pu réaliser les plantations de vignes prévues au printemps car les fortes pluies de l’automne 2016 ne permettaient pas de bien préparer les sols.
Les dégradations des haies et plantations ont continué cet automne mettant à mal le travail sur la biodiversité engagé depuis des années.
Et pour terminer, un gentil contrôle des fraudes nous interdit désormais d’utiliser « Mas Coutelou » même si le nom MAS correspond au nom de famille des fondateurs du domaine.
C’est donc sans regret que je tourne la page de cette année difficile….
Le seul point positif est la fin des travaux de rénovation de la cave. Nous avons maintenant un bel outil pour travailler dans des conditions optimales.
Et maintenant place à l’avenir….
Après une grosse période de doute, nous redémarrons avec de beaux projets. Des nouvelles plantations de vignes sont prévues au printemps et nous commencerons à réhabiliter les parcelles de Saint-Chinian.
Nous nous croiserons peut-être à la dive bouteille les 4 et 5 février pour découvrir en avant-première le millésime 2017 en brut de cuve. Sinon, il faudra attendre début avril avant de pouvoir déguster les premières bouteilles.

Du repos au débourrement…

L’automne, exceptionnellement pluvieux, permet de reconstituer des réserves après une année de grande sécheresse. Le mois de janvier commence par une vague de grand froid, puis de la grande douceur s’installe. Au final, nous avons un hiver qui s’inscrit dans la tendance avec des températures supérieures à la moyenne. Le débourrement est en avance de presque deux semaines par rapport à une année normale.

Du débourrement à la véraison….

Le printemps est plutôt chaud avec toutefois deux épisodes de gelées fin avril et début mai au travers desquels nous sommes passés. Le mois de juin est très chaud et sec.
La floraison démarre dans les premiers jours du mois de mai. Elle est très rapide et on observe coulure et millerandage ce qui laisse déjà présager une petite récolte.
Le déficit de pluie durant ce printemps globalement chaud amenuise fortement les réserves de l’automne.

De la véraison aux vendanges…

La véraison, début juillet, a une dizaine de jours d’avance. Mais le fait marquant de l’été, c’est la succession de trois épisodes caniculaires en juillet et de deux périodes très chaudes en aout sans une pluie ni un orage. Les réserves en eau s’amenuisent et la vigne commence à souffrir.

Le temps des vendanges

Elles commencent le 24 aout pour se terminer le 12 septembre.
La prise de décision pour lever « le ban des vendanges » est difficile.
Le taux de sucre augmente mais la maturité phénolique n’est pas là… Après la période très chaude du 15 aout, les vignes présentent des signes de stress mais nous avons décidé d’attendre. Dans le sud, on dit que quelques jours de brise marine sont aussi bénéfiques qu’une pluie et c’est ce qu’il s’est passé. Les nuits plus fraiches de fin aout combinées à des journées de vent marin ont permis aux vignes de se refaire une santé et d’obtenir une maturité optimale.
Cela n’a pas compensé la petite récolte mais cela a au moins permis d’avoir de très beaux raisins pour élaborer de très beaux vins.

Les premiers assemblages sont réalisés...

J’ai effectué les assemblages fin novembre et les premières cuvées devraient sortir au printemps….  Nous avons une très petite récolte (c’est le rendement le plus faible depuis que je vinifie) mais les vins semblent bien en place et prometteurs.

PRINTEMPS

7 rue de la pompe : Merlot, Syrah et Grenache
Le vin des amis : Cinsault, Syrah et Grenache
On peut pas vraiment dire que… : Mourvèdre
PM Rosé : Cinsault, Syrah, Riveyrenc, Terret et Muscat

Automne

Classe : Syrah, Grenache et Mourvèdre
Flambadou : Carignan
La Vigne haute : La cuvée de syrah de la garrigue revient après quatre années d’absence.

Et surement si tout se passe bien...

Flower power : Syrah, Grenache et les complantations de « Rome » et de « Font d’Oulette ».
Blanc 2016 :  en élevage depuis un an en barrique, il devrait sortir en juin.
Amphores 2016 : en élevage avec carignan et Castets 2016.

ET LA NOUVEAUTE : les toniques et spiritueux….

Nous avons distillé depuis 2013 des marcs et des vins pour le compte épargne. Nous démarrons cette année la commercialisation de ces produits.
KINACOUTELOU : Apéritif tonique à base vin blanc fortifié et aromatisé avec des plantes et racines amères.
GRAPPA 2015 :  assemblage avec des marcs de sauvignon et muscat.
FINE : vin du millésime 2013 distillé au printemps 2014, une « blanche » élevée en verre et une « brune » vieillie en barrique.
GIN : Il sera disponible durant cette année.
D’autres cuvées sont en attente
 mais nous auront l’occasion d’en reparler.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://blog.coutelou.fr/trackback/10