voeux_2018

Un Hiver doux et très doux…

Après un automne sans pluie, la période novembre 2015 à février 2016 est la période la plus chaude jamais enregistrée depuis 1950. 
La nature a du mal à reconnaitre la saison. La vigne ne se repose pas et la sève est à fleur à chaque coup de ciseau de taille. 
Seul le mois de mars, un peu plus froid vient ralentir ses envies de démarrer… Le débourrement est en avance d’une semaine par rapport à une année normale.


Un printemps chaud et froid…

Le mois d’avril recommence sur la douceur. Il faut attendre le mois de mai pour avoir des températures plus fraiches et un peu de pluie salutaire pour permettre à la vigne de compenser le déficit hydrique cumulé. Le mois de juin est quant à lui plus mitigé. Le fait marquant est un très gros orage le jour de la nouvelle lune qui engendrera une attaque de mildiou virulente juste avant la fleur. (les grenaches ont du mal à résister). 
La floraison a une dizaine de jours de retard, on observe beaucoup de coulure ce qui laisse présager un millésime de petite récolte.


Un été chaud et très chaud…

En juillet, les premiers symptômes de stress hydriques sont notés et cela s’aggrave au mois d’août avec des conséquences significatives sur la récolte. La véraison commence fin juillet avec un retard d’une semaine. Après deux mois et demi sans pluie, le gros orage du 17 aout vient  apporter l’eau nécessaire pour faciliter la maturité. Malheureusement, il est accompagné de grêle localisée qui impacte deux hectares. 


Le temps des vendanges….

Elles commencent vraiment le 5 septembre avec une dizaine de jours de retard. Elles sont très groupées puisqu’elles ne dureront que deux semaines. Année de petite récolte, (il y a des grappes mais elles sont clairsemées et très légères) avec des vins qui dans l’ensemble sont bien équilibrés, avec de la fraicheur et de la fluidité.


Et depuis les vendanges…

Nous avons enfin eu de la pluie, beaucoup de pluie, ce qui nous permet d’aborder cette nouvelle année plus sereinement. Par contre, les températures sont toujours printanières… Lavandes et romarins sont en fleur au mois de décembre, les bourgeons gonflent en bout de sarment de vigne, les câpriers ont redémarré… Nous parlions l’an dernier de réchauffement climatique, force est de constater qu’il est bien là. Cela nous interpelle quant à l’avenir et aux évolutions du vignoble du sud de la France. Tout le monde se focalise sur le manque d’eau et l’irrigation mais je pense que le manque d’hiver est tout aussi préjudiciable. Peut-être auront-nous enfin un vrai hiver cette année.


Le temps des assemblages

Il est de tradition de vous donner les cuvées qui sortiront en même temps que les vœux. Cette année, il faudra être patient…. Tous les vins ne sont pas encore prêts à être assemblés et des sucres trainent dans quelques cuves. Il faudra attendre le printemps pour les laisser terminer.
La récolte est de moins 50 % sur les syrahs et les grenaches, il y aura donc moins de vin et des assemblages différents. Mais nous trouverons une solution pour présenter les cuvées classiques (5so simple, Rue de la pompe, Vin des amis, Classe) et surement quelques nouveautés.
Les premiers vins de 2016 seront disponibles au mois mai.


Et dans les vignes….

Nous poursuivons la plantation de haies autour des vignes afin de favoriser la biodiversité. Nous ne nous laisserons pas abattre.
Une parcelle d’Aramon noir et gris est prévue en plantation ce printemps. Les bois ont été récoltés et greffés l’hiver dernier. Il faut penser à l’avenir en tenant compte des modifications climatiques. L’aramon peut être une solution car il produit des vins légers en alcool et avec une bonne acidité. 

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://blog.coutelou.fr/trackback/12